Journée mondiale du refus de la misère : le cri d'alarme d'ATD-Quart Monde

17 Octobre 2017 , Rédigé par euronews & France 3 Publié dans #Autre regard, #C'est à voir et à revoir

Journée mondiale du refus de la misère : le cri d'alarme d'ATD-Quart Monde
Journée mondiale du refus de la misère : le cri d'alarme d'ATD-Quart Monde

Ce 17 octobre marque la Journée mondiale du refus de la misère. Une initiative née en France il y a 30 ans et dont la raison d‘être n’a jamais été aussi criante. La France a beau être la sixième puissance au monde, sur 10 ans (entre 2005 et 2015, dernière année pour laquelle des données sont disponibles), le nombre de pauvres n’a cessé d’augmenter. Selon l’Observatoire des inégalités, ils sont 5 millions à vivre avec moins de 846 euros par mois, cette somme représentant 50% du niveau de vie médian, et près de 9 millions à vivre avec moins de 1015 euros par mois, 60% du niveau de vie médian. 

En complément: 

            Enquêtes de région - Marseille, la pauvreté au coeur

Un reportage de Jean-Manuel Bertrand - Sylvie Garat - Christian Herregods - Thierry Havard - Philippe Hervé
Durée 26'. Diffusé le 1er mars 2017.
+ d'infos : http://bit.ly/EDR010317

À Marseille, la pauvreté se concentre aussi dans le centre ville. Selon un rapport récent de l'INSEE, le 3ème arrondissement de la cité phocéenne est le quartier le plus pauvre de France, avec un taux de chômage endémique et des logements insalubres. Le pourcentage des personnes percevant moins de 60 % du revenu median soit 900€ par mois atteint ici 55% , un record sur le territoire national. 

Le Compas, centre d'observation et de mesure des politiques sociales, estime qu'il s'agit même d'un des quartiers les plus déshérités de la communauté européenne. Résultat : une précarité tant financière que sanitaire et une misère qui ne se cache même plus.

Enquête sur un quartier à deux visages qui oscille entre pauvreté et rénovation urbaine et qui devient aussi la proie des promoteurs immobiliers et des marchands de sommeil.

Partager cet article

Commenter cet article