RDC: Dialogue signé sans per diem mais avec de l’eau bénite #2

2 Janvier 2017 , Rédigé par Zamba Synkin Publié dans #Echos de la vie quotidienne Congo & Diaspora, #Focus sur le mal Congolais

La CENCOBien que l’accord ait été signé le 31 décembre 2016, sous la pression de la CENCO, derrière laquelle s’abrite la communauté internationale, il y a fort à parier que les faucons de l’ex-Majorité présidentielle (en état d'apesanteur politique depuis le 19 décembre 2016) qui ont beaucoup à perdre dans une vraie démocratie à laquelle aimerait aspirer le commun des Congolais font rivaliser des coups fourrés pour enfariner ledit accord de sorte que la situation s’enlise.

À preuve: Certains d’entre eux, voyant la roue du pouvoir tourner en leur défaveur, commencent à agiter le chiffon rouge de la « non inclusivité » de ce dialogue. Pour rappel, ces gens-là « osent tout c’est d’ailleurs à ça que l’on reconnait », pour reprendre la formule du regretté Michel Audiard.

Nous mettrons en ligne l'intégralité de cet accord aussitôt que nous l'aurons par-devers nous, pour que chacun d'entre vous puisse se forger sa propre opinion. Mais pour l'heure, nous vous proposons, de découvrir, tour à tour:

  • La réaction de l'abbé Donatien Nsholé sur cet accord arraché au forceps

  • Le plan B de la Cenco, une épée de Damoclès que le Nonce apostolique a gardé sous sa soutane et qui, selon toute vraisemblance, a fait provisoirement plier la galaxie de Kabila et, par ricochet, ses flatteurs XXL.

Écoutez bien le représentant du Souverain Pontife qui la dévoile, sans détour et avec un sourire en coin, aussi insondable que les voies du Seigneur mais qui en dit long: en cas d'échec du dialogue, les institutions de la RDC courent le risque de ne plus être reconnues (comme telles) par une bonne partie de la Communauté internationale. Avec les conséquences que l'on sait.

Steve MbikayiAux dernières nouvelles, Steve Mbikayi, tiré à quatre épingles, est déjà allé à confesse au Centre interdiocésain. Du reste, le nonce apostolique a rencontré Eve Bazaïba, qui se fait prier avant de signer l'accord. Et, pour leur part, les évêques congolais ont invité Jean-Lucien Boussa et José Makila, deux signataires de l'accord de la Cité de l'U.A à rentrer dans le rang, à l'instar de Vital Kamerhe, qui a fait contre mauvaise fortune bon coeur !

 

Partager cet article

Commenter cet article