RDC: Accord politique, du 18 octobre 2016, par acclamation, rime avec carton jaune

20 Octobre 2016 , Rédigé par Zamba Synkin Publié dans #Focus sur le mal Congolais, #Echos de la vie quotidienne Congo & Diaspora

Ville-morte du 18 octobre 2016D'après l'encyclopédie en ligne, Wikipédia, " un carton jaune est utilisé dans de nombreux sports, et signifie qu'un sportif est sous le coup d’un avertissement, dont les modalités varient selon la discipline.

  • Le saviez-vous ?

Pour la petite histoire, "'l'idée d'utiliser des cartes de couleur pour communiquer un avertissement ou une exclusion revient à l'arbitre anglais Ken Aston (1915-2001). Aston avait été nommé au Comité des arbitres de la FIFA et était responsable de tous les arbitres lors de la Coupe du monde de 1966 en Angleterre.

Après le quart-de-finale entre l'Angleterre et l'Argentine, la presse rapporta que l'arbitre allemand Rudolf Kreitlein avait averti les joueurs anglais Bobby et Jack Charlton et expulsé le joueur argentin Antonio Rattin. Mais la décision de l'arbitre n'avait pas paru claire et le sélectionneur anglais Alf Ramsey demanda des clarifications à la FIFA. Cet incident poussa Aston à trouver un moyen de rendre les décisions des arbitres claires tant pour les joueurs que pour les spectateurs. Il réalisa qu'un code couleur basé sur le même principe que les feux routiers (jaune = attention, rouge = arrêt) serait compréhensible par tous, indépendamment de la langue." (Source: Wikipédia, carton jaune).

  • Goma, des cartons jaunes se ramassent à la pelle dans le bureau du gouverneur

Des militants de l'opposition ont manifesté pacifiquement jusqu'au bureau du gouverneur où ils ont déposé symboliquement un mémorandum et des carton en guise d'avertissement à Joseph Kabila, dont il convient de rappeler que le deuxième et dernier mandat expire le 19 décembre 2016.

  • BENI: Face aux policiers, la population chante: "Kabila muchinja", "Kabila l'égorgeur"

La vidéo ci-dessous que nous vous laissons découvrir se passe de commentaire. En effet, c'est une scène pour le moins surréaliste. Après la métaphore footballistique du 3ème penalty, signée Moïse Katumbi, devenu désormais l'homme à abattre pour avoir changé de crèmerie politique, au grand dam des sociétaires de la Majorité présidentielle, force est de dire que  l'idée du carton jaune faire florès.

  =

  • Kinshasa, la Capitale continue de donner le là de la grogne

À l’exception de Lubumbashi et Bukavu, fiefs des girouettes politiques qui viennent d’avoir leur « quart d’heure de célébrité » pour reprendre la formule du regretté Andy Wharol, Kinshasa, une mégalopole bouillonnante de plus de 10 millions d'habitants, avait les allures d’une ville fantôme. Tout ou presque tout s’y était arrêté…

Dans un pays où 8 personnes sur 10 vivent sous le seuil de la pauvreté absolue, ne pas sortir de la journée pour glaner 1 dollar, ici ou là, se solde par un manque à gagner considérable. Autant dire que c’est un sacrifice qui confère une certaine majesté et du respect à nos compatriotes, qu’il fait, par-dessus le marché, paraître plus déterminés et plus éveillés politiquement. Bref, le temps change et la roue de la peur tourne.

 

Voici l'intégralité de l'accord, du 18 octobre 2016, signé entre  la Majorité présidentielle et une frange de l'opposition pro-dialogue. Cliquez sur le trombone ci-dessous pour le télécharger et l'archiver. 

Accord du 18 octobre 2016 signé par la Majorité présidentielle et une frange de l'opposition pro-dialogue.

Partager cet article

Commenter cet article