L'infobésité, nouveau mal du siècle ?

C’est un néologisme qui nous vient du Québec et qui résume assez bien une situation que la plupart de nos contemporains connectés vivent chaque jour. Un sentiment d’être débordé, voir submergé par l’information, de subir un flot continue d’e-mails, de SMS, d’appels, de notifications dans les réseaux sociaux, sur son ordinateur et sur son smartphone, à son bureau mais aussi chez soi.

Car, depuis la démocratisation d’Internet, les canaux d’informations se sont multipliés et ils s’ajoutent aux autres moyens d’informations que sont la presse écrite, les radios et la télévision. Alors, faut-il être d’accord avec la devise selon laquelle trop d’information tue l’information ou bien faut-il s’interroger sur la manière de gérer cette nouvelle réalité et donc sur notre façon de vivre dans une société hyper-connectée.