François Nkuna Balumuene, l'ambassadeur de la RDC aux États-Unis remplace le mot glissement par "prolongation"

17 Août 2016 , Rédigé par Zamba Synkin Publié dans #Echos de la vie quotidienne Congo & Diaspora, #Focus sur le mal Congolais

François Nkuna Balumuene
François Nkuna Balumuene

Pour paraphraser, encore une fois de plus, le regretté Michel Audiard, eh bien, je dirai que les sociétaires de la Majorité présidentielle (M.P) et tous les flatteurs professionnels XXL qui gravitent autour osent tout et c'est d'ailleurs à ça que l'on les reconnait !

À preuve : la raison pour le moins rocambolesque qu'a évoquée, François Nkuna Balumuene, ci-devant, ambassadeur de la RDC aux États-Unis, pour avoir la bénédiction de l'Oncle Sam pour la prolongation du mandat du nommé Joseph Kabila :

Ce sont les difficultés sécuritaires et économiques sous la présidence de Kabila, en particulier la lutte contre une rébellion soutenue par le Rwanda, le M23, vaincue fin 2013. Ce sont, d'après lui, ces difficultés qui ont occasionné du retard dans l’organisation des scrutins prévus en 2016.

À noter que notre ambassadeur a tenu ses propos, à Washington, lors d'une conférence, portant sur le processus électoral en RDC, organisée par l'institut Brookings et en présence des personnalités suivantes:

  • Thomas Perriello, envoyé spécial des États-Unis pour la région des Grands lacs d'Afrique,
  • .Anthony Gambino, ancien directeur de l'USAID, l'agence humanitaire du département d'État.

À tout prendre, d'un certain point de vue, comme nous l'a fait remarquer un géopolitologue auvergnat passionné de l'Afrique noire: "M. l'ambassadeur n'a fait que lever un coin de voile sur la réponse incompréhensible de Joseph Kabila" à une question d'un journaliste, le 12 août à Rubavu, après sa rencontre avec Paul Kagame, le président rwandais.

Les FDLR, c'est un problème qui ne date pas d'aujourd'hui. Au moment où nous parlons, il y a des opérations qui sont en cours depuis deux, trois ans. On n'a pas donné un délai pour la fin des opérations ; parce que nous pensons que la fin des opérations dépendra de la fin de ce problème. Concrètement, cela veut dire : tant qu'il y aura des FDLR, on va continuer avec des opérations

Radio Okapi

Nous reviendrons longuement dans les semaines à venir sur cette affaire à rebondissement. Mais,pour l'heure, vous avez ci-dessous l'intégralité de l'intervention de François Nkuna Balumuene.

Partager cet article

Commenter cet article