RDC: Tshisekedi, Katumbi et des leaders de l'opposition ont été reçus au Quai d'Orsay

20 Juillet 2016 , Rédigé par Zamba Synkin Publié dans #Echos de la vie quotidienne Congo & Diaspora

Une déléguation de l'UDPS à Paris
Une déléguation de l'UDPS à Paris

Le silence est d’or

Comme rien n’a encore fuité, personne n’est en mesure de nous dire ce qu’Etienne Tshisekedi, Katumbi et une myriade de ténors de l’opposition, réelle ou supposée, ont obtenu comme « garanties » lors de leur rencontre, le 18 juillet, au Quai d’Orsay (Ministère français des Affaires étrangères).

Il n’est pas besoin d’être politologue pour dire que « ce gotha de la RDC », versant « Opposition » arôme Genval n’y a pas été reçu pour ses beaux yeux. Cela prouve à suffisance que les autorités congolaises n’ont jamais eu toutes les cartes en main pour diriger le pays, et que rien ne s'y fait sans un battement de paupières des grands de ce monde.

Bien qu’on ait de bonnes raisons d’affirmer que les oreilles du nommé Joseph Kabila ont sifflé pendant cette rencontre, orchestrée a minima côté jardin, pour l'heure, personne ne sait pas, non plus si « l’autorité morale » de la Majorité présidentielle (MP), va au plus vite consulter son O.R.L., par anticipation, pour contenir, un tant soit peu, les dégâts du brouhaha que risque de générer le syndrome, tant redouté et mis au jour par Gregory Bateson, appelé aussi « la double contrainte » que je peux vous résumer comme suit : « Pile l’opposition gagne, face la Majorité présidentielle actuelle perd »…

Encore faut-il que les élections, dignes de ce nom, soient organisées dans les délais constitutionnels, me répliquerez-vous avec une pointe de malice. Dont acte, chers RDCnautes. Mais, je vous rétorquerai, à mon tour, tout aussi malicieusement, en paraphrasant le regretté Cocteau : Quand quelque chose nous dépasse, feignons d’en être l’organisateur !

À meeting, meeting et demi !

Même si, ce que je viens de décrire, précédemment, nous confère le statut d’organisateur de tout ce qu’on ne maîtrise pas, on a tout intérêt à ouvrir l’œil et surtout le bon, de préférence sans paire de lunettes, furent-elle à réalité augmentée, pour éviter d’être le dindon de la farce dans les jours à venir.

En effet, au sortir du Quai d’Orsay, il convient de remarquer que le silence, marque de fabrique mais pas encore déposée, heureusement, de qui vous savez, était d’or. Ainsi, Etienne Tshisekedi, dont Félix du même nom ose dire qu’il est au top de sa forme, n’a pas pipé mot. Il réserve la primeur de ses déclarations aux Kinois le 31 juillet, via le meeting qu'il tiendra Place boulevard Triomphal. Youpi, vive les Kinois !

Sous réserve, qu’il ne tombe pas des cordes comme lors du rassemblement de pro-dialogues du 05 mars dernier, au stade des Martyrs. D'ici là, voici la question que se posent les chancelleries occidentales: Dans quelle réserve M. Etienne Tshisekedi, va-t-il puiser sa force physique pour enjamber les obstacles que ses adversaires politiques vont dresser sur son chemin, déjà si glissant ? Quant aux ténors de l’opposition, eh bien, ils se sont hâtés de dire, sans rire sinon intérieurement, qu’ils n’avaient rien à dire, au micro du perspicace Fabien Kusuakanika.

Quid des sociétaires de la Majorité présidentielle ? Aux dernières nouvelles; la moitié prie pour que le ciel soit on ne peut plus capricieux, le jour J. Et l’autre moitié, plus réaliste, rompue à l'événementiel, projette pour occuper l'espace médiatique d’organiser, le même jour et en simultanée, des contre-manifestations sous forme de concerts gratuits, de kermesse, voire une grand-messe à ciel ouvert, à l'esplanade du Palais du peuple, pour capter une partie de Kinois largement favorable au Sphinx de Limete et à l’opposition et qui serait tentée d'aller voir, de ses propres yeux, à quoi ressemblent les têtes de ceux qui viennent de Genval.

À tout prendre, je parie que le 31 juillet 2016 sera historique que dis-je rock & roll ou ne le sera pas !

Vidéo conseillée sur le même thème :

Partager cet article

Commenter cet article