En Belgique, la commune de Molenbeek veut changer d'image

4 Février 2016 , Rédigé par France 24 Publié dans #C'est à voir et à revoir

La commune de Molenbeek
La commune de Molenbeek

Au lendemain des attentats de Paris, la commune populaire de Molenbeek, dans la banlieue de Bruxelles, en Belgique, a été pointée du doigt. Au fil des jours, l'enquête a confirmé la piste de la "filière de Molenbeek" dans la préparation et l'exécution des pires attaques terroristes jamais subies en France, au cours desquelles 130 personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées.

Selon les révélations de l’enquête, quatre des neuf auteurs des attentats du 13 novembre étaient belges, dont leur instigateur, Abdelhamid Abaaoud, qui était fiché et recherché en Belgique. Depuis la mi-novembre, 11 personnes ont été arrêtées et inculpées dans le royaume. Un suspect clé, Salah Abdeslam, et son ami Mohamed Abrini, toujours en cavale, sont tous deux originaires de Molenbeek.

Ces dernières années, ce quartier de Bruxelles serait devenu une plaque tournante du djihadisme et une base arrière à la préparation d'attentats en Europe. Déjà en 2001, on apprenait que les assassins du commandant Massoud, en Afghanistan, deux jours avant les attentats du 11 septembre 2001, étaient originaires de Molenbeek.
Si les autorités ont longtemps fermé les yeux sur le développement du radicalisme dans cette commune bruxelloise, elles prennent désormais le problème à bras-le-corps. Au lendemain des attentats du 13 novembre, le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, avait d'ailleurs promis de "nettoyer" Molenbeek.

Mais pour une grande majorité des habitants de la commune, les apprentis djihadistes et les recruteurs sont minoritaires et leur quartier est avant tout une "grande famille". Quelques semaines après les attentats de Paris, des initiatives originales ont vu le jour pour tenter de montrer aux visiteurs l’autre visage de Molenbeek. Reportage de nos correspondantes.

Une émission préparée par Patrick Lovett et Aline Schmidt.

Partager cet article

Commenter cet article