Tournons la roue de l'histoire : Joseph Ilunga Mwepu - Portrait d'une légende du football Congolais

22 Novembre 2015 , Rédigé par Roger S. K. Publié dans #En ce temps-là

Joseph Ilunga Mwepu
Joseph Ilunga Mwepu

Mis à jour : le 22/11/2015

Un billet dédié à la mémoire de Joseph Ilunga Mwepu qui nous a quitté le 8 mai 2015

L'homme qui a dégagé un coup franc du Brésil.

Perdre un être cher est une douleur intense et la mort d'un proche donne à la vie du sens.

On le savait malade, mais après avoir beaucoup lutté contre cet adversaire sournois, notre père, frère Joseph Ilunga Mwepu nous a quitté le vendredi 8 mai à l'aube de son 66 ème anniversaire. Avec sa disparition, c'est un pan de l'histoire du football Congolais qui s'envole avec cet homme qui a aimé son sport dès ses premiers contacts.

Lushois de naissance, c'est tout naturellement qu'il entame sa carrière de footballeur à 13 ans au sein de l'équipe junior des prêtres catholiques de Saint Jean à Lubumbashi. Il se fait remarquer en 1966 et ne reste pas insensible à l'appel du pied des dirigeants de Don Bosco qui l’intègrent dans leur effectif, en 1ère division du championnat de Lubumbashi.

Conscient de son potentiel et dans l'objectif de franchir un palier, il s'engage avec le TP Englebert en 1969, où il passera toute sa carrière de footballeur jusqu'en 1980. Moins doué techniquement, mais doté d'un caractère bien trempé, musclé et tranchant, Mwepu saura s'imposer au poste de latéral droit aussi bien dans le TP Englebert qu'au sein de la sélection nationale, les Léopards.

Le solide défenseur qu'il était va non seulement confirmer les attentes fondées sur lui, mais il va aussi rapidement exploser à mesure que ''les Corbeaux'', surnom des joueurs du TP Englebert (TP Mazembe) gravissent les échelons au niveau continental.

Avant de devenir un des tôliers indiscutables au sein de la défense de la sélection nationale à partir de 1972, il va d'abord se révéler en participant successivement en 1967 et 1968, à finale de la coupe d'Afrique des clubs champions avec le TP Englebert, sans oublier les différents titres du championnat (1969/1976) et de la coupe nationale (1976/1979) de la République Démocratique du Congo conquis toujours avec son club de cœur.

''Coup de gueule''

Sélectionné en équipe nationale depuis 1972, Mwepu participe à toutes les campagnes continentales et internationales organisées par la FIFA (Fédération Internationale de Football). Il forme avec Lobilo Boba, Bwanga Tshimene et Mukombo Mwanza, l'une des meilleures défenses africaines des années soixante-dix. Les quatre joueurs associés aux gardiens de but Kazadi Mwamba ou Kalambay Otepa n'ont perdu pratiquement aucun match en étant alignés ensemble, mise à part la débâcle de la coupe du monde 1974.

Avec l'équipe nationale, il remporte la CAN organisée en Egypte en 1974, en battant la Zambie (2-0) sur un but de Ndaye Mulamba et participe la même année à la coupe du monde en Allemagne. D'ailleurs, c'est à l'issue de cette phase finale de la coupe du monde que Mwepu se distingue pas pour ses qualités footballistiques, mais par un acte de désapprobation en dégageant volontairement le ballon alors que les Brésiliens se préparaient à shooter le ballon à la suite d'une faute commise par la défense Zaïroise, geste sanctionné par un carton jaune.

L'histoire nous apprendra plus tard que son geste était lié au non versement des primes de matchs détournées par les autorités gouvernementales de l'époque et non par ignorance de sa part de 17 lois de jeu du football. Mwepu et d'autres célèbres Léopards poursuivront leur combat en mal de reconnaissance jusqu'à organiser en décembre 2013, une manifestation pacifique devant le ministère du budget pour interpeller l'opinion publique sur le non versement du reste des émoluments promis.

Reconversion

Pendant plusieurs années Joseph Mwepu était dans la lumière pour ses performances, mais la partie immergée de sa carrière est en revanche peu glorieuse et discrète. La transition d'une carrière sportive intense et enrichissante de ''Youda'', surnom que lui avait attribué les supporters de Mazembe, se fera précipitamment à la suite d'un coup dur au genou lors de la rencontre entre le TP Mazembe et le Shooting Star du Ghana, blessure qui l'éloignera des terrains.

Il embrasse le métier d’entraîneur en s'occupant dans un premier temps de l'équipe junior du TP Mazembe et de trois autres clubs de la ville de Lubumbashi. Vers la fin des années quatre-vingt-dix, il émigre à Kinshasa pour prendre en charge le club de foot de la société locale de transport, Sotraz. Mais il se fera vite rattraper par sa fibre de Formateur dans l'encadrement des jeunes joueurs de l'école de foot de Vivi Team.

Les différentes responsabilités qui lui seront confiées par les instances fédérales nationales (FECOFA) et continentales (CAF) en matière de sécurité lors des événements à forte vitrine, pour l'impliquer au football à un certain niveau, ne suffiront pas pour masquer ''l'arbre qui cache la forêt ''.

En bon père de famille nombreuse (4 enfants), il fera profiter de ses conseils régulièrement aux Léopards lors des rassemblements, notamment sur la diététique et l'aspect mental. Le décès de Joseph Ilunga Mwepu remet au goût du jour la situation de nos anciens internationaux. Ces anciennes gloires, jadis adulées, se retrouvent dans l’anonymat total. La situation est telle que faire un diagnostic est enfantin et ceux à qui nous devrions rendre hommage sont abandonnés.

La reconnaissance ne fait-elle plus partie de nos valeurs ? Ceux qui ont marqué l'histoire du football Congolais en ramenant des trophées comme ''Moseka'' (Coupe d'Afrique des Nations en 1974) sont rejetés et d'autres sont rongés par des problèmes de santé.

Faut-il les honorer à la fin de leur vie ou mettre en place ''un statut'' pour les accompagner dignement, sachant qu'on leur avait refusé, à maintes reprises, des opportunités d'évoluer dans des clubs Européens ?

                       Brésil vs Zaïre (22.06.1974)

Ce billet mis à jour rectifie une petite erreur que nous a signalée un lecteur vigilant en la personne d'Agnif que nous tenons à remercier, encore une fois de plus, ici (Cf. les commentaires ci-dessous). 

Partager cet article

Commenter cet article

ZS 28/10/2015 09:17

Bonjour Agnif,

Un grand merci pour votre vigilance. Roger va rectifier cette erreur, après quoi, on mettre en ligne la version revue et corrigée de son billet.

Nous remettrons la balle au centre !

Bonne journée et à bientôt sur cette plateforme.

ZS 28/10/2015 09:17

Bonjour Agnif,

Un grand merci pour votre vigilance. Roger va rectifier cette erreur, après quoi, on mettre en ligne la version revue et corrigée de son billet.

Nous remettrons la balle au centre !

Bonne journée et à bientôt sur cette plateforme.

Roger S.K. 28/10/2015 08:37

Bonjour Agnif,
Effectivement vous avez raison; une erreur s'est glissée lors de l'édition de cet article.
Le Zaïre avait bien remporté la deuxième finale (rejouée) par le score 2-0 (2 buts de Ndaye Mulamba), puisque la première finale s'était soldée sur le score de 2-2 et qu' à l'époque, le règlement des tirs aux buts n'était pas appliqué.

Agnif 20/10/2015 04:38

Bravo ! Excellent article qui nous rappelle le sommet du football du Zaïre ou de Congo-Kinshasa et ses légendes. Mwepu est un des ceux qui nous ont apporté la joie par le football. Que son âme se repose en paix.
Par ailleurs, il me semble qu’il s’est glissé une erreur concernant le score du match de la finale rejouée de la CAN 74 contre la Zambie. Ce n’est pas un à zéro, mais bel et bien deux à zéro pour le Zaïre et deux buts de Ndaye Mulamba.

ZS 21/10/2015 20:08

Bonsoir Agnif.

D'abord, je vous remercie pour votre œil de lynx. Je vois qu'on a affaire à un autre connaisseur du foot. Roger, notre spécialiste du football étant absent, pour quelques jours, il ne pourra vous répondre qu'à son retour...

Pour ma part, comme je ne suis pas un As du ballon rond, eh bien, j'adopte un profil bas ! Et remets la balle au centre ! Patience, patience !

À bientôt sur cette plateforme.