Ressources du Congo

EcoDico #5 : Le roi dollar roi des devises ?

27 Avril 2015 , Rédigé par EcoDico Publié dans #Dico exquis anti-mystification, #Fréquence Agora

Le dollar roi des devises ?
Le dollar roi des devises ?

Eric VERGNAUD: Oui, le dollar est toujours la première des devises que ce soit en matière d'échanges internationaux, de montant des réserves de changes. Le dollar c'est la devise qui est la plus échangée, sur tous les marchés. La parité euro/dollar est la parité la plus traitée. En tous cas la caractéristique du dollar, c'est d'être la devise d'une zone économique qui dépasse largement les seuls Etats-Unis.


En effet, compte-tenu du fait que les transactions internationales sont à 75/80 % libellées en dollars et que de nombreux pays, même sils n'utilisent pas le dollar ont une devise qui est liée par un mécanisme plus ou moins compliqué, mais disons simplement qu'ils sont liés à la valeur du dollar, on a une sorte de ce qu'on peut appeler une zone dollar

L'euro face au dollar

Eric VERGNAUD: L'émergence parmi les devises internationales d'un véritable concurrent, un véritable second qu'est leuro, qui a réussi à prendre la place, même un tout petit peu plus, que la place qui était auparavant occupée par toutes les devises composantes de l'euro, c'est à dire le mark, le franc français, le franc belge, la lire italienne, la peseta espagnole, etc. Donc ce n'était pas gagné au départ. La différence avec la situation d'avant l'émergence de l'euro, c'est que le dollar a face à lui une véritable devise internationale. Mais le dollar reste la première devise internationale.

Philippe d'ARVISENET: La seule chose qui bénéficie encore largement au dollar, c'est le fait quelle reste une monnaie prépondérante dans la facturation d'un certain nombre de choses, les matières premières, par exemple, ou le commerce extérieur d'un certain nombre de pays, qui restent en dollar. Mais peu à peu ça baisse, parce que par exemple certains pays d'Europe de l'Est sont de plus en plus intéressés à passer à l'euro, de ce point de vue là.

La baisse du dollar

Eric VERGNAUD: Jusqu'à la phase récente, d'envolée des prix du pétrole et d'envolée des prix alimentaires, elle commençait à avoir des aspects positifs en matière de relance des exportations. Mais voilà, à peine les premiers chiffres ont montré que ça allait mieux du côté des exportations, probablement grâce à cette forte baisse du dollar, que les pressions inflationnistes importées deviennent un problème. Elles seraient devenues un problème à terme mais elles le deviennent beaucoup plus rapidement parce quil y a cette poussée des prix du pétrole.

Avantage pour les USA : l'investissement étranger est favorisé

Eric VERGNAUD: Mais, il y a aussi des avantages Quand vous voulez que l'on vienne investir chez vous, c'est vrai que si l'investissement coûte un petit peu moins cher qu'il na coûté il y a un an, et l'on pense que finalement ça peut être une bonne affaire, ça peut attirer des capitaux. Le risque, c'est que se met en place dans l’esprit des investisseurs, l'idée que c'est plus bas aujourd'hui qu'hier, mais c’est plus haut aujourd’hui que demain.

L'avenir du Dollar

Eric VERGNAUD: L'ensemble des prévisions pour les deux ou trois ans qui viennent sont plutôt orientées dans le sens d'un regain du dollar, par rapport à l'euro par exemple. Doc, pas de danger pour la suprématie du dollar.

Philippe d'ARVISENET: Ce n'est pas avant des dizaines et des dizaines d'années que le yuan prendra la place du dollar, si jamais ça se produit en matière de monnaie numéro un. On en est extrêmement loin.

Partager cet article

Commenter cet article