Heureux le peuple qui chante et qui danse (2/2)

23 Mars 2014 , Rédigé par Dyfray Deliosso Publié dans #Focus sur le mal Congolais

A 20 ans, quand il me fallait entrer dans la vie active : plus d’objectif et aucun bilan ! Nous étions pourtant bien en 1980… Dégonflés comme des ballons de baudruche en manque de souffle. Des vagues plans… Une monnaie exsangue, une monnaie de singe, pour toute l’énergie dépensée à chanter la gloire et les honneurs du « Messie ».

Fallait aller chercher la joie ailleurs ou se réfugier quelque part : l’exil ou la résignation. Nés pour chanter et danser, mon peuple et moi avons continué à chanter et à danser ; tel est notre destin, chanter et danser contre vents et marées, sur la terre bien aimée ou dans l’éloignement…

30 ans, 40 ans : des décennies de rêve sans épaisseurs. La noyade, s’il n’y avait pas l’autre Guide, le Messie, Fils du Très Haut. Fallait se raccrocher quelque part, et croire, croire que la misère n’est pas un péché, que le péché, c’est de rester  endormi. Vive le réveil ! Tambourins, guitares, flûtes et voix raccrochés aux psaumes… : mettons tout à contribution pour chanter la gloire d’Adonaï !  Nos marmites sont vides, mais le Ciel lui ne sonne pas creux !...

Et nous avons continué à chanter et à danser, à chanter et à danser Dieu, réveillés de notre sommeil dogmatique. Et nos salles de cinéma, nos bars - Eh ! Congo-Bar, où es-tu passé ! -, nos stadiums ont été transformés en espaces pour chanter plus haut, pour chanter et  danser très haut, chanter et danser pour le Très-haut…

Si la foi au Guide national n’a pas réussi à faire tomber la manne du ciel, à remplir nos marmites, qui a dit que la foi ne peut pas sauver ? Sauver de l’Harmaguedon ce peuple meurtri… Il fallait crier fort le nom de Jésus : et il était, il est là, présent dans nos marmites, sur nos tables, dans nos rues, dans nos marchés… Recette suffisante pour exorciser la hantise et le démon de la misère matérielle et de la misère morale, toutes choses proportionnellement partagées.

50 ans. Retour à la politicaille : canaille et arnaque politiques. Résurgence des vieux démons de la division ! Droits démocratiquement bafoués ou bâillonnés…, dans une République somme toute démocratique, très démocratique ! Il faut se taire démocratiquement ou choisir de s’aligner derrière l’imposture de la « démoncratie », pour ne fût-ce que se rapprocher de la mangeoire nationale…

Mes os se fatiguent déjà ; bientôt la retraite… Et la sécurité sociale ? Retraite avec quoi dans la hotte ?... Des disques d’or, des koras… du chant et de la danse !  Imbattable, mon peuple, et fier comme le léopard ! Rassurez-vous, il n’a pas encore la voix et les reins usés, mon peuple. Il a encore assez d’énergie dans la voix et dans les jambes, pour gagner les prochains trophées … du chant et de la danse. Après le réveil, la renaissance

Après deux échecs successifs aux élections de 206 et 2011 les congolais ont-ils compris enfin  qu’on ne peut pas reconquérir un pays occupé par les élections contrôlées par les assaillants et qu’il faut changer des méthodes.

Partager cet article

Commenter cet article